Remise des insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur à Monseigneur Jean-Paul Vesco

Remise par le Premier ministre Bernard Cazeneuve des insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur à Monseigneur Jean-Paul Vesco

Lors d’une cérémonie intime organisée à la Résidence de France mercredi 5 avril dans la soirée, le Premier ministre Bernard Cazeneuve a remis à Monseigneur Jean-Paul Vesco, évêque d’Oran, les insignes de Chevalier dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur.

Le Premier ministre français a choisi de profiter de sa visite de deux jours en Algérie pour remettre cette distinction à l’évêque d’Oran, qu’il connaît et apprécie pour l’avoir rencontré à deux reprises. « En décembre 2014, lors d’une visite à Oran, sur la terre natale de mes parents » a rappelé Bernard Cazeneuve, qui avait alors découvert le chantier de restauration de l’église de Santa Cruz, sur les hauteurs de la ville. Puis en octobre 2015, à Rome, pendant le synode sur la famille.

En remettant à Mgr Vesco cette très haute distinction, Bernard Cazeneuve lui a témoigné « la reconnaissance de la République » pour son action « continue en faveur du dialogue interreligieux, entre islam et chrétienté, qui coexistent depuis si longtemps en terre d’Algérie ». Une manière de faire fructifier « l’héritage spirituel de Mgr Claverie, en appuyant le rapprochement entre chrétiens et musulmans afin que ceux-ci vivent ensemble dans le dialogue, le respect et la fraternité ».

Dans son discours très personnel, le Premier ministre a salué la variété des engagements de l’homme d’Eglise et loué son attachement à la « terre algérienne ». Il a aussi rappelé les différentes étapes de la vie de l’évêque d’Oran : son passage dans un cabinet d’avocats parisien avant son entrée au séminaire, son arrivée en octobre 2002 en Algérie alors que le pays « vit des heures sombres », son séjour à Béni Abbès ensuite, non loin de la frontière marocaine, « là où le père Charles de Foucauld a fondé son premier ermitage » et enfin sa consécration épiscopale en la cathédrale d’Oran en 2013.

Au passage, le Premier ministre a également souligné quelques-uns des engagements de l’actuel évêque d’Oran hors des « frontières de l’Algérie » : comme prieur provincial des dominicains de France, entre 2010 et 2012 ou par ses « écrits et conférences publiques » qui font de lui « non seulement un acteur de l’Église en terre d’islam et un artisan du dialogue entre nos religions, mais un théologien et un réformateur ».

JPEG JPEG JPEG JPEG

publié le 12/04/2017

haut de la page